Bonnet de 
la liberté

Révolution Française

Maignet et l'établissement du gouvernement révolutionnaire   Textes

INSTRUCTION du Représentant du Peuple Français envoyé dans les départements des Bouches du Rhône et du Vaucluse, SUR LE GOUVERNEMENT REVOLUTIONNAIRE

Lire la suite

Violence et ordre social : la Révolution française et les Lumières   En ligne

H-France nous propose d'abord un forum sur le livre récent de Jean-Clément Martin, Violence et Révolution: Essai sur la naissance d’un mythe national (Paris: Éditions du Seuil, 2006), avec des interventions critiques sur la démarche "déconstructive" de cet ouvrage par Lynn Hunt (University of California Los Angeles) David Andress (University of Portsmouth) Sophie Wahnich, (CNRS, Paris, Laios-EHESS), D.M.G. Sutherland (University of Maryland), et une réponse de l'auteur de cet ouvrage. Puis, à propos de l'ouvrage de Diana Donald and Frank O’Gorman, Eds., Ordering the World in the Eighteenth Century. (London: Palgrave Macmillan, 2006), Jacques Guilhaumou (CNRS, Lyon) aborde de manière critique, toujours sur H-France, une série d'études récentes autour des formes d'ordonnancement du monde en Angleterre et en France - de la politique jusqu'aux savoirs et aux formes ésthétiques -, qui s'inscrivent dans une contestation plutôt frontale du modèle "classique" de la rationalité des Lumières.

Les images du Research Getty Institut   Images

Sur le site du Research Getty Institut, la bibliothèque propose la recension, sous forme de notices très complètes, de 251 images de la Révolution française, sans accès aux images elle-mêmes. Ainsi, la caricature N°57 sur le thème de la contre-révolution est commentée de la façon suivante: "The satirical print represents the counterrevolutionary army of the Prince de Condeì, preparing an attack against the rock of the "Constitution" that is topped by the French tricolor flag of liberty. Comprised of clergymen, such as Seìguier, and aristocrats, such as the Comtesse de La Motte, "aide de lit de camps," the army marches along the Rhine River."

L'intentionnalité historique au 18ème siècle   Recensions

De la conceptualisation de l’histoire aux usages des savoirs de l’histoire

Par Jacques Guilhaumou, UMR « Triangle », ENS-LSH Lyon.

Après avoir publié en 1989 une étude sur les Critiques des droits de l'homme opérées de Burke au jeune Marx (1), Bertrand Binoche explore, dans son ouvrage suivant, la complexité configurationnelle du concept d'histoire chez les Allemands, les Écossais et les Français dans la seconde moitié du XVIIIème siècle. L'ampleur de son approche peut se mesurer à son souci de ne pas passer d'un auteur à l'autre par la seule énumération de contenus doctrinaux saisis comme des totalités closes, inertes mais par le fait d'appréhender les textes comme « des travaux, des activités voués à l'aporie et à l'invention qu'il faut analyser en tant que telles dynamiquement, et parce qu'elles sont diverses, comparativement ». Ainsi il s'agit moins de reconstruire la cohérence de telle ou telle oeuvre dont on juge rétrospectivement qu'elle relève de la connaissance philosophique de l'histoire que d'évaluer les tensions qui habitent un discours sur l'histoire, et d'y trouver de quoi féconder notre propre réflexion. Claude Gautier s’inscrit, au sein de ses ouvrages, dans la même perspective méthodologique, mais d’une façon plus resserrée dans le choix des auteurs étudiés.

Lire la suite

Liberty, Equality, Fraternity   Images

Le site Liberty, Equality, Fraternity propose un ensemble de 245 images, qu’il présente ainsi: "Below you can browse through a list of 245 images included in Liberty, Equality, and Fraternity. The largest number are political cartoons. But we also include paintings and images of artifacts such as fans and buttons. The images are drawn from many repositories, but particularly from the Museum of the French Revolution in Vizille in southwest France and Olin Library at Cornell University. An essay on how to read images provides useful background".

Lire la suite

Marseille et l’organisation « autonome » des pouvoirs pendant la Révolution française   Synthèses

Les formes du pouvoir communicationnel (1)

par Jacques Guilhaumou, UMR "Triangle", ENS-LSH, Lyon

L’histoire civique de Marseille est devenue une donnée majeure de la compréhension du présent des Marseillais. Cité par excellence, Marseille confère un potentiel exceptionnel à ses initiatives civiques. Notre objectif présent est de montrer de manière synthétique l’ampleur de l’action civique des Marseillais, au cours de la Révolution française, et son apport décisif à la formation des pouvoirs révolutionnaires. Nous mettons plus particulièrement l’accent sur la constitution de pouvoirs exécutifs constitués pendant « le moment fédéraliste » (1793), d’autant que leur condamnation immédiate par le centre parisien en a quelque peu obscurci la signification démocratique. Nous considérons enfin ces pouvoirs comme engendrés communicativement, ce qui leur donne une forte spécificité démocratique.

Lire la suite

La Révolution à Marseille   Outils

Chronologie des événements (1788 - an II)

"Le 19 du mois de juin 1792, Marseille provoqua l'abolition de la royauté, et forma un Bataillon pour l'envoyer à Paris", Vie politique de François Isoard de Marseille.

Lire la suite

Sieyès : à nouveau, le retour...   Brèves

A propos de Jack Lang dans Libération du 6 juillet 2007 : "Jack Lang (...) « trouve très positive la réforme des institutions ». Un socialiste modère : « Il a été je ne sais combien de fois ministre, maire ou élu dans des circonscriptions en or et aujourd’hui, il pense que c’est terminé. Il veut être l’abbé Sieyès des nouvelles institutions. » L’intéressé nie évidemment toute ambition personnelle, et « trouve scandaleux de stigmatiser l’éventuelle participation de tel ou tel d’entre nous à une mission d’intérêt public. » Pas facile de se consacrer pleinement à l’intérêt général."

Marat   Dossiers

La rubrique Dossiers propose sur un événement, un thème et/ou un acteur majeur de la Révolution française une liste raisonnée et réactualisée de liens vers des articles et des renvois en ligne dispersés dans différentes rubriques du site.

Lire la suite

Des sans-culottes aux sans-papiers   Actuel

Conférence-débat le 12 juillet 2007 à la Librairie Résistances sur le thème : "Des sans-culottes aux sans-papiers, dévoiement et réappropriation des symboles révolutionnaires" et appel de Droits devant !! pour un défilé du 14 juillet en accord avec les principes de 1789.

La idea de Nación en Sieyès   Annonces

par Ramón Máiz, Universidad de Santiago de Compostela

Si en un primer momento, ¿Qué es el Tercer estado?, Sieyes emplea "nación" y "pueblo" como sinónimos, posteriormente, sin embargo, procederá a su diferenciación, reservando en lo sucesivo el término "nación" para designar al titular de la soberanía y, por tanto, del poder constituyente, y el de "pueblo" para referirse a uno de los dos polos nacidos de la aparición del Estado constitucional, gobernantes y gobernados, esto es, los ciudadanos como receptores de los beneficios del "Establecimiento público" y supervisores de su actuación: "Le peuple, ce sont les gouvernés; la volonté constituante, c'est la nation entiére, avant toute distinction entre les gouvernans et les gouvernés, avant toute Constitution” (1).

Lire la suite

Université : la révolution est en marche...   Brèves

Richard Descoings, Science Po Paris : "La Révolution française avait supprimé les universités, considérant qu'elles constituaient des corporations. Il a fallu attendre la loi Edgar Faure de 1968 pour réhabiliter l'idée d'université dans notre pays. La loi de 2007 va donner une réalité à cette idée Sur la forme, les conditions d'élaboration du projet ne sont pas moins « révolutionnaires »."

Extrait d'un article paru sous le titre « L'autonomie universitaire, enfin ! » dans l'édition du 04.07.07. du Monde en ligne

Marat, observateur critique des Jacobins marseillais en 1793   Textes

Marat publie, dans le Journal de la République française à la date du 20 février 1793, un texte émanant de la section 21 de Marseille, dont il souligne les sentiments civiques, tout en s’opposant à la mesure préconisée par les sectionnaires marseillais : compte tenu d’une forte opposition girondine aux Montagnards, ces patriotes proposent de proclamer que la mission de la Convention est finie, ce qui provoquerait l’élection d’une nouvelle Convention. Marat critique donc cette adresse, tout en l’attribuant (de façon fictive) à plusieurs auteurs, jacobins bien sûr. Après avoir précisé dans quel contexte se met en place cette adresse et ce qu'il en est plus précisément de sa localisation initiale, donc de son auteur, nous reproduisons l'adresse de la section 21, accompagnée des Observations de l'Ami du Peuple.

Lire la suite

La proposition de loi sur "le génocide vendéen", une atteinte à la liberté du citoyen.   Actuel

Dans une récente intervention relative à La liberté de l’historien sur le site du Comité de vigilance sur les usages de l’histoire, Gérard Noiriel précise que « les lois sur la mémoire peuvent affecter indirectement la recherche et l'enseignement de l'histoire. Mais cela n'est pas nouveau. Les interventions politiques dans l'appréciation des événements du passé ont toujours existé en République. On peut certes critiquer ces lois. Mais il faut le faire en tant que citoyen et pas en tant qu'historien. C'est pour des raisons politiques que je refuse, pour ma part, qu'on mette sur le même plan une loi qui fait l'apologie de la colonisation avec celles qui condamnent le racisme, l'esclavage, les persécutions de masse. »

Lire la suite

L’imaginaire de la Constitution de 1789 à 1830 : symbolique d’union ou de division politique ?   Etudes

par Rolf Reichardt, Universität Gießen

Reichardt

Lorsque, pour célébrer la Révolution, l’Association pour le développement de la Philatélie française émit en mars 1989, avec souscription réservation, une série de timbres dont l’ensemble représente la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 89 (1) , elle fit preuve d’une fine intuition des sentiments majoritaires de la population. Car suivant les sondages du Figaro Magazine et de Sofres-L’Express, trois quarts des Français regardaient alors la Déclaration comme le meilleur symbole positif de la Révolution – consensus national minimum bientôt familièrement dénommé « droitlomisme (2) ». Et en s’inspirant d’un placard illustré de 1789 , représentation contemporaine la plus connue et la plus solennelle de la première Déclaration (fig. 1), la série de timbres-poste suggère que cela a toujours été ainsi. Or s’il convient d’en douter partiellement, cette libre interprétation d’une estampe n’en semble pas moins symptomatique d’une imagerie révolutionnaire qui, munie de ses procédés spécifiques d’expression, a laissé sur les esprits une empreinte plus profonde et plus durable que la logomachie mise en scène dans les assemblées et dans la presse : un processus de visualisation et de commémoration emphatique dont la présente communication veut esquisser quelques lignes de force.

Lire la suite

 

Licence Creative Commons
Révolution Française.net est sous Licence Creative Commons : Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification